Bulletin de santé des entreprises en France et en Ile-de-France

     


Les chiffres de l'Observatoire consulaire des entreprises en difficultés (OCED) établis au
1er avril 2016 en France et en Île-de-France : procédures amiables, procédures d'observation et liquidations judiciaires.

Si depuis l’entrée dans la crise, les ouvertures de procédures se situent de manière constante à leur niveau de 1993 au plan national, la situation est tout autre pour l’Île-de-France, traduisant ainsi la situation spécifique de la région. En effet, ces ouvertures s’établissent à 24 % en dessous du pic historique de 1993 ; néanmoins, elles ont retrouvé leur niveau de 2009 en raison de l’augmentation sensible des ouvertures de procédures dans la région capitale. 

Ceci précisé, alors que les ouvertures de procédures continuent de reculer en France (- 4,2 %, en glissement annuel au 1er avril 2016), en Île-de-France, la situation continue de se dégrader, mais à un rythme moindre (près de 3 points d’écart) que les mois précédents (+ 7,0 %, en glissement annuel au 1er avril 2016). Il pourrait s’agir, pour la région capitale, d’un retournement de tendance.

 

Évolution des défaillances en France et en Île-de-France
depuis janvier 1998
(Sur 12 mois glissants, Base 100 : décembre 1993)

 Evolution des défaillances en France et en Île-de-France depuis 1998

En Île-de-France, l’augmentation des liquidations judiciaires et des redressements judiciaires se poursuit, le rythme étant plus modéré, et le recours aux procédures amiables se stabilise. Ces évolutions apparaissent aujourd’hui en décalage avec les annonces d’éclaircies : croissance du PIB plus élevée que prévu au premier trimestre, tirée par le dynamisme de la consommation des ménages et l'investissement ; embellie sur le front de l'emploi avec une baisse record du chômage en mars, des embauches à leur plus haut niveau depuis 2011 et des perspectives de recrutement en augmentation ; hausse des emplois liés aux investissements étrangers ; faiblesse du prix du pétrole ; accélération des crédits accordés aux entreprises ; anticipation par les chefs d’entreprise d’une hausse de l’investissement dans l’industrie manufacturière pour 2016 ; nette amélioration du taux de marge des sociétés non financières ; baisse marquée des demandes de délais adressées à l'URSSAF par les TPE  ; diminution continue des avances et du nombre des bénéficiaires de la garantie AGS… Mais, ralentissement de la croissance mondiale ; risques liés au retour potentiel de la crise grecque et à l'occurrence d'un Brexit ; niveau particulièrement élevé de l'inquiétude des chefs d'entreprise pour l'économie française selon le baromètre sur le financement et l'accès au crédit des PME de KPMG et CGPME ; nouveau recul de la production manufacturière et, de manière constante, taux de chômage à son plus haut niveau…

En glissement annuel au 1er avril 2016 :

  • Les liquidations judiciaires  enregistrent une forte hausse, celle-ci étant, pour le deuxième mois consécutif, moindre (de 2 points) que le mois précédent : + 7 %.  
  • Le nombre des procédures d’observation (sauvegarde  et redressement judiciaire), orienté à la hausse depuis plus d’un an, s’accroît encore sous la pression des redressements judiciaires, mais à un rythme plus faible (de 5 points) qu’en février : + 8  %.
  • Le recours aux procédures amiables (mandat ad hoc et conciliation) se stabilise en raison du recul des mandats ad hoc et du faible accroissement des conciliations : + 1 %.  
  • Dans le cadre de l’alerte du président du tribunal de commerce, le nombre des entretiens continue de grimper fortement : + 16 %.

 

Évolution du nombre des ouvertures de procédures collectives
en Île-de-France, depuis janvier 2011

Evolution des procédures collectives en Île-de-France, depuis janvier 2011

> Retrouvez tous les chiffres du Bulletin de santé mensuel des entreprises en France et en Île-de-France
(pdf - 377 Ko)

Mis à jour le 06/06/2016